Questions fréquentes

RADIOTHERAPIE ASPECTS PRATIQUES

Comment me rendre à mes séances de radiothérapie ?

P
K
Vous pouvez utiliser les transports en commun pour nous rejoindre, soit en prenant le TEOR ligne T2-T3 et T4 arrêt Clinique Saint Hilaire, qui vous dépose juste devant l’entrée de la clinique, soit en prenant le Métro arrêt Boulingrin situé à 500 m du Centre.

Vous pouvez vous rendre au Centre Frédéric Joliot avec votre véhicule personnel, en privilégiant le stationnement au parking payant de la Clinique Saint Hilaire.

Enfin, vous pouvez venir en faisant appel à un VSL ou taxi, qui vous prend en charge depuis votre domicile jusqu’au Centre, pour la réalisation de votre traitement.
Pour chaque mode de transport, vous bénéficiez d’une prise de charge du déplacement.

Comment avoir un bon de transport pour prendre en charge mes déplacements ?

P
K
Pour la première consultation au Centre (1er rdv), c’est le médecin prescripteur du rendez-vous, qui vous adresse chez nous (souvent le chirurgien), qui fournit le bon de transport.
Pour les consultations suivantes et la réalisation du traitement, c’est le Centre qui vous fournit le bon de transport. Adressez-vous directement à l’accueil du Centre pour obtenir ce document.

Lorsque le traitement de radiothérapie, chimiothérapie et hormonothérapie est terminé, des consultations de suivi sont réalisées durant les 5 années post-traitement.
Pour ces consultations, il n’y a pas de prise en charge du déplacement (sauf cas particuliers, pour les patients âgés de 80 ans et plus, et les patients possédant une carte d’invalidité).

Dois-je cesser mon travail durant la période de traitement ?

P
K
Si vous n’êtes pas fatigué, vous pouvez poursuivre votre activité professionnelle car la séance ne dure que quelques minutes chaque jour, fixée en fonction de vos obligations.

Il est également possible de demander à votre employeur un aménagement de vos horaires ou un travail à temps partiel. Des arrêts de travail à mi-temps existent.

Puis-je interrompre mon traitement ?

P
K

Une telle décision ne pourra être prise qu’en accord avec votre médecin, notamment si vous souffrez de troubles importants. Cependant, les interruptions compromettent l’efficacité de votre traitement.

Puis-je partir en vacances ?

P
K

Oui, si la radiothérapie est terminée. Votre médecin vous indiquera les précautions à prendre durant vos vacances. Il est toutefois préconisé d’attendre quelques semaines avant de partir en vacances pour laisser le temps aux effets secondaires de s’atténuer.

En cas de départ à l’étranger, il est utile de vous renseigner auprès de l’organisme de Sécurité Sociale dont vous dépendez pour obtenir la Carte Européenne qui permet de vous faire soigner dans l’un des pays de l’Union Européenne. En dehors de l’Union, pensez à contracter une assurance couvrant les frais occasionnés par les soins.

Dois-je continuer mon traitement contre l’hypertension, le cholestérol, le diabète, etc. ?

P
K

Dans la majorité des cas, la prise de médicament prescrits par votre médecin traitant ne doit pas être interrompue. En cas de problème, c’est votre oncologue radiothérapeute et votre médecin traitant qui prendront, en commun, les décisions qui s’imposent.

Je suis également traité par chimiothérapie, pourquoi ?

P
K

La radiothérapie a une action purement locale : elle agit uniquement sur la zone traitée. Il peut donc être nécessaire d’avoir recours à la chimiothérapie. Son action est étendue à tout le corps, même sur les zones que les rayons n’atteignent pas. Selon les cas, elle est prescrite avant, pendant, ou après la radiothérapie.

Lorsqu’elle est prescrite simultanément, la chimiothérapie concomitante a pour but d’augmenter l’efficacité de la radiothérapie par des effets biologiques complémentaires.

Comment puis-je m’habiller ?

P
K

Privilégiez des vêtements souples et amples en coton pour éviter les irritations provoquées par des vêtements trop serrés sur la région où votre peau est traitée.

Suis-je radioactif / radioactive après une séance de radiothérapie ?

P
K

Non, rassurez-vous. Même après une séance, votre corps n’émet aucun rayonnement pouvant mettre en péril votre entourage.

RADIOTHERAPIE EFFETS SECONDAIRES

Vais-je avoir des nausées pendant mon traitement ?

P
K

L’apparition de nausées dépend de la zone traitée. Certaines personnes éprouvent des nausées dans les heures qui suivent les séances de radiothérapie. Dans ce cas, évitez de vous alimenter avant la séance. Si ce problème persiste, votre médecin pourra vous prescrire des médicaments contre les nausées et les vomissements.

Si vous souffrez de nausées juste avant la séance, pensez à prendre une légère collation. Evitez les aliments riches en graisses, épicés, acides, alcoolisés, et les aliments très chauds.

Vais-je perdre l’appétit avec la radiothérapie ?

P
K

La perte d’appétit pendant la radiothérapie dépend de la zone traitée (organe digestif dans le champ d’irradiation). Elle peut également être liée à la fatigue générée par les allers-retours durant le traitement.

Il est cependant important que votre apport calorique soit élevé afin de permettre à votre organisme de lutter contre la maladie. Un peu d’exercice peut stimuler votre appétit.

Si vous présentez une anorexie, au lieu des trois repas habituels, essayez de manger plusieurs fois dans la journée par petites quantités.

Si, malgré tous ces conseils, vous ne parvenez pas à avoir une alimentation suffisante, sachez qu’un diététicien peut vous aider ainsi que le médecin traitant. Ils pourront notamment vous conseiller des compléments alimentaires hypercaloriques hyperprotidiques.

La fatigue est-elle un effet secondaire ?

P
K

Durant votre traitement, votre organisme dépense beaucoup d’énergie. Vos trajets aller-retours au Centre, l’effet des radiations sur votre corps, associés à un éventuel stress causé par votre traitement, contribuent à votre fatigue. Elle disparaîtra progressivement après la fin de vos soins.

Conserver une activité physique est important car elle diminue de 30% la fatigue. Sans faire d’excès, il faut rester actif. Il existe des soins de supports pour améliorer votre bien-être et de ce fait améliorer votre tolérance physique et psychologique du traitement.

De nombreuses associations peuvent vous épauler pour aller mieux. N’hésitez pas à demander à votre oncologue radiothérapeute.

Fatigue et cancer – AFSOS

Le traitement empêche-t-il les rapports sexuels ?

P
K
La sexualité peut être affectée de diverses manières par la radiothérapie. Beaucoup de patients ne ressentent aucun effet tandis que d’autres constatent des modifications de leur désir et de leurs relations sexuelles.

Si vos relations sexuelles avec votre partenaire étaient satisfaisantes, il y a de fortes chances pour que cette situation demeure.

N’hésitez pas à en parler à votre médecin, il vous conseillera et pourra vous orienter vers une personne compétente dans ce domaine.

En cas de radiothérapie centrée sur le bassin chez la femme, il est souvent conseillé de ne pas avoir de relations sexuelles avant et juste après le traitement, pour limiter le risque de douleurs. Il vaut dans ce cas attendre la fin du traitement pour reprendre des relations sexuelles normales.

Une rééducation périnéale et vaginale est disponible auprès des kinésithérapeutes experts de la clinique Saint Hilaire ou en ville, afin d’éviter le rétrécissement des tissus vaginaux et de vous redonner confiance dans votre corps.

La radiothérapie rend-elle stérile ?

P
K
Certaines radiothérapies du bassin peuvent effectivement entraîner une stérilité définitive.

Il est important, pour les personnes en âge de procréer et qui n’ont pas encore réalisé leur projet parental, de réaliser un parcours de « préservation de fertilité » auprès des 2 centres disponibles de la région rouennaise : au CHU de Rouen et à la Clinique Mathilde.

Chez la femme, il faut souvent s’attendre à un arrêt des règles qui s’accompagne d’autres symptômes de la ménopause (irritation et sécheresse vaginales). Un traitement substitutif peut être possible dans certains cas : parlez-en à votre oncologue.

Chez l’homme, l’irradiation de la région des testicules réduit le nombre des spermatozoïdes et leur capacité fertilisante. Les irradiations des maladies pelviennes peuvent entrainer des troubles érectiles : n’hésitez pas à consulter un urologue.

Aller au contenu principal