Archives par mot-clé : radiothérapie

La Radiothérapie

Présentation du service

Le service se situe au rez-de-jardin de la clinique Saint-Hilaire. C’est un service ambulatoire. Ainsi, vous viendrez à l’heure de votre rendez-vous pour recevoir votre traitement, puis vous retournerez à votre domicile dès la fin de la séance de rayons.

Le service est composé de trois accélérateurs (appareils pour les traitements) et d’un simulateur (appareil pour les mises en place).

Les salles de traitement ont chacune un nom :

La répartition des traitements dans les différentes salles  se fait selon la localisation.

Avant votre traitement, vous pourrez rencontrer un manipulateur ou une manipulatrice pour un entretien, appelé consultation d’annonce. Cette dernière a pour but de vous expliquer le cheminement de votre traitement de radiothérapie, du scanner de positionnement à la première séance, en passant par la simulation (voir rubrique consultation d’annonce)

Généralités sur la radiothérapie

La radiothérapie est une technique qui utilise des rayons X (traitement en profondeur) ou des électrons (traitement superficiel) dans le but de détruire les cellules cancéreuses.

L’appareil de traitement est un accélérateur linéaire de particules.

Le traitement de radiothérapie est dit locorégional (on ne traite que l’organe où se trouve la tumeur) contrairement à la chimiothérapie qui est un traitement dit général (l’injection de produit par voie veineuse se propage dans tout le corps), d’où des effets secondaires souvent généralisés.

Les éventuels effets secondaires de la radiothérapie ne se produiront qu’à l’endroit où les rayons sont effectués.

La radiothérapie peut être associée à la chirurgie et/ou à la chimiothérapie.

Les résultats des examens passés (mammographie, scanner, IRM, petscan, prélèvement sanguin…) permettent de déterminer la technique à utiliser. Ceci est une décision médicale.

Ses indications sont liées au type de la tumeur, à sa localisation, à son stade et à l’état général du patient.

Le traitement de radiothérapie

Les séances de rayons sont la plupart du temps quotidiennes et ne durent qu’une dizaine de minutes. Le temps d’une séance comprend  la mise en place sous l’appareil, le centrage et le traitement.

Les traitements de radiothérapie peuvent durer jusqu’à 8 semaines, selon les localisations.

Ils sont, en général, composés de 2 parties :

  • la 1ère partie, on traite l’organe dans sa globalité.
  • la 2ème partie, on traite l’endroit où se trouvait la lésion.

Des consultations de surveillance sont prévues pendant le traitement tous les 15 jours ou de façon hebdomadaire si nécessaire.

Le médecin fait le bilan avec le patient sur son traitement (présence d’effets secondaires ou pas). Il peut prescrire des compléments alimentaires si besoin, des pommades pour diminuer les effets secondaires ou des médicaments.

Les effets secondaires dépendent de la localisation de la lésion à traiter.

Les manipulateurs et manipulatrices du Centre Frédéric Joliot sont à votre écoute pendant votre traitement. Ils sont là pour vous expliquer, vous rassurer et répondre à vos questions.

La consultation d’annonce

Avant votre traitement, vous rencontrerez un manipulateur ou une manipulatrice pour un entretien, appelé consultation d’annonce. Cette dernière a pour but de vous expliquer le cheminement de votre traitement de radiothérapie.

A l’aide d’un diaporama, le manipulateur ou la manipulatrice vous explique les différentes étapes de votre traitement.

  • la consultation médicale, à l’issue de laquelle le radiothérapeute vous donne les rendez-vous du scanner et de la simulation.
  • le scanner de mise en place, permettant les calculs de doses, les calculs de profondeurs, de déterminer la balistique d’irradiation, le positionnement du patient, etc…
  • La 1ère séance dite « à blanc » sous l’appareil de traitement, on vérifie une nouvelle fois le positionnement, en effectuant uniquement des images de contrôle.
  • les séances de traitement, pendant lesquelles la dose quotidienne prévue est délivrée.

Le début de traitement s’effectuera une fois que le médecin aura validé ces premières images de positionnement, devenant ainsi les images de référence de votre traitement.

Questions fréquentes autour de la radiothérapie

Dois-je cesser mon travail ?

Si vous n’êtes pas fatigué, vous pouvez poursuivre votre activité professionnelle car la séance ne dure que quelques minutes chaque jour, fixée en fonction de vos obligations. Il est également possible de demander à votre employeur un aménagement de vos horaires ou un travail à temps partiel.

 

Puis-je interrompre mon traitement ?

Une telle décision ne pourra être prise qu’en accord avec votre médecin, notamment si vous souffrez de troubles importants.

 

Puis-je partir en vacances ?

Oui, si la radiothérapie est terminée. Votre médecin traitant ou le cancérologue vous indiqueront les précautions à prendre durant vos vacances et, s’il y a lieu, ils prendront contact avec un médecin proche de l’endroit où vous séjournez. En cas de départ à l’étranger, il est utile de vous renseigner auprès de l’organisme de sécurité sociale dont vous relevez pour obtenir le formulaire E 111 qui permet de vous faire soigner dans l’un des quinze pays de l’Union Européenne. En dehors de l’Union, pensez à contracter une assurance couvrant les frais occasionnés par les soins (notamment aux USA) ainsi que votre rapatriement éventuel. Si vous prévoyez de partir dans une région ensoleillée, il faut éviter d’exposer au soleil les parties traitées de votre corps.

 

Dois-je continuer mon traitement contre l’hypertension, le cholestérol, le diabète, etc. ?

A priori, aucune prise de médicament prescrite par votre médecin traitant ne doit être interrompue. En cas de problème, c’est votre oncologue radiothérapeute et votre médecin traitant qui prendront, en commun, les décisions qui s’imposent.

 

Je suis également traité par chimiothérapie, pourquoi ?

La radiothérapie a une action purement locale : elle agit uniquement sur la zone traitée. Il peut donc être nécessaire d’avoir recours à la chimiothérapie. Son action est étendue à tout le corps, même sur les zones que les rayons n’atteignent pas. Selon les cas, elle est prescrite avant, pendant, ou après la radiothérapie. Lorsqu’elle est prescrite simultanément, les doses sont calculées pour que vous puissiez supporter l’association des deux traitements en même temps.

 

Comment puis-je m’habiller ?

Le plus normalement possible. Cependant, dans les régions où votre peau est traitée, des vêtements trop serrés au tissu trop riche peuvent provoquer une irritation. C’est également le cas pour certains textiles artificiels. Privilégiez par conséquent des vêtements souples et amples, en coton et peu fragiles. Ils risquent en effet d’être tachés par la fuchsine que l’on applique sur votre peau.

 

Suis-je radioactif / radioactive après une séance de radiothérapie (rayons) ?

Non, rassurez-vous. Même après une séance, votre corps n’émet aucun rayonnement qui pourrait mettre en péril votre entourage.

 

RADIOTHERAPIE . ASPECT PRATIQUE

Pourquoi ai-je des nausées ?

Certaines personnes éprouvent des nausées dans les heures qui suivent les séances de radiothérapie.

Dans ce cas, évitez de vous alimenter avant la séance. Si ce problème persiste, votre médecin pourra vous prescrire des médicaments contre les nausées et les vomissements. Si vous souffrez de nausées juste avant la séance, pensez à prendre une légère collation. Si ces maux persistent, essayez de boire et de manger lentement, évitez les aliments riches en graisses, épicés, acides, alcoolisés.

Évitez enfin les aliments très chauds, mangez de petites quantités et souvent.

 

Je perds l’appétit, que faire ?

La perte d’appétit est un phénomène fréquent. Il est cependant important que votre apport calorique soit élevé afin de permettre à votre organisme de lutter contre la maladie. Un peu d’exercice peut stimuler votre appétit.

Au lieu des trois repas habituels, essayez de manger plusieurs fois dans la journée par petites quantités. Laissez-vous guider par votre appétit : n’hésitez pas à mangez plus les jours où vous avez de l’appétit afin de compenser.

Variez vos menus, organisez des repas en famille et avec vos amis. Si vous avez envie de boire un verre de bière ou de vin, demandez à votre médecin traitant si c’est possible.

Si, malgré tous ces conseils, vous ne parvenez pas à avoir une alimentation suffisante, sachez qu’un diététicien peut vous aider ainsi que le médecin traitant. Ils pourront notamment vous prescrire des aliments hypercaloriques spécialisés.

 

RADIOTHERAPIE . EFFETS SECONDAIRES

J’éprouve une sensation de fatigue, pourquoi ?

Durant votre traitement, votre organisme dépense beaucoup d’énergie. En outre, le stress lié à votre maladie, aux visites nombreuses au centre de traitement, l’effet des radiations sur les cellules saines de votre organisme contribuent à votre fatigue. Les sensations de fatigue et de faiblesse disparaîtront progressivement après la fin de vos soins. Pour limiter cette fatigue, essayez de demander moins d’efforts à votre organisme, ralentissez vos activités et reposez-vous durant vos heures libres. Essayez de dormir plus longtemps la nuit et de faire la sieste si vous le pouvez. Recherchez également la solution la moins fatigante pour vos transports entre votre domicile et le centre de soins.

SEXUALITE

Le traitement empêche-t-il les rapports sexuels ?

La sexualité peut être affectée de diverses manières par la radiothérapie. Beaucoup de patients ne ressentent aucun effet tandis que d’autres constatent des modifications de leur désir et de leurs relations sexuelles. Si vos relations sexuelles avec votre partenaire étaient satisfaisantes, il y a de fortes chances pour que cette situation demeure. N’hésitez pas, en tous les cas, à en parler à votre infirmière ou au médecin. Ils vous donneront des conseils ou vous orienteront vers une personne compétente dans ce domaine. Dans le cas de radiothérapie du bassin chez la femme, il est souvent conseillé de ne pas avoir de relations sexuelles avant et juste après le traitement. Certaines patientes se plaignent en effet de douleurs lors des relations, qui disparaissent généralement après la fin de la radiothérapie. Mieux vaut dans ce cas attendre la fin du traitement pour reprendre des relations sexuelles normales, afin d’éviter le rétrécissement des tissus vaginaux.

 

La radiothérapie rend-elle stérile ?

Certaines radiothérapies du bassin peuvent effectivement entraîner une stérilité temporaire ou définitive. Chez la femme, il faut souvent s’attendre à un arrêt des règles qui s’accompagne d’autres symptômes de la ménopause (irritation et sécheresse vaginales). Un traitement substitutif est envisageable. Chez l’homme, l’irradiation de la région des testicules réduit le nombre des spermatozoïdes et leur capacité fertilisante. Si vous désirez un enfant et craignez que le traitement ne vous rende stérile, il peut être possible de faire conserver votre sperme par congélation, avant de commencer la radiothérapie.

 

Vais-je devenir impuissant ?

Le traitement par radiothérapie ne rend pas impuissant. Seul le traitement de la prostate peut générer dans certains cas des défaillances.

 

La radiothérapie rend-elle frigide ?

Non, la radiothérapie n’empêche pas le plaisir sexuel.

Dali (Clinac 2100)

La salle de traitement DALI est équipée d’un Clinac 2100 Silhouette développé par la marque Varian®, agrémenté d’un double système d’imagerie embarquée : un portal vision et un on-board imager (OBI).

Cet accélérateur de particules délivre des rayons X de 6 et 25 MV (mégavolts) et des électrons.

« Coupe anatomie » par Original uploader was Rhetth at en.wikipedia retouche pour le francais :fr:User:nicobzz — Originally from en.wikipedia; description page is/was here.. Sous licence Public domain via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Coupe_anatomie.jpg#mediaviewer/Fichier:Coupe_anatomie.jpg
« Coupe anatomie » par Original uploader was Rhetth at en.wikipedia retouche pour le francais :fr:User:nicobzz — Originally from en.wikipedia; description page is/was here.. Sous licence Public domain via Wikimedia Commons – http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Coupe_anatomie.jpg#mediaviewer/Fichier:Coupe_anatomie.jpg

L’imagerie embarquée nous permet de faire des images de haute qualité avec une faible dose d’irradiation, comme le ferait un appareil de radiologie. C’est également avec l’OBI que nous contrôlons la position des patients qui bénéficient d’un traitement IMRT (radiothérapie par modulation d’intensité) ou Rapid’Arc, en effectuant un CBCT (Cone Beam Computed Tomography), c’est à dire une coupe de scanner qui permet de voir en détail et dans les plans sagittal, transverse et coronal la zone traitée.

 

Monet (Clinac 600)

La salle de traitement MONET est équipée d’un Clinac 600, développé par la marque Varian®.

C’est un accélérateur de particules mono-énergie, qui délivre des rayons X de 6 MV (mégavolts).

Cet appareil est dédié aux traitements des lésions peu profondes, comme les localisations ORL et le sein par exemple.

Le Clinac 600 de la salle MONET est équipé d’un module d’imagerie portale et d’un collimateur multi-lames (MLC).

Picasso (TrueBeam)

La salle PICASSO était équipée d’un Clinac 2100 de marque Varian® avec un système d’imagerie portale. Ce Clinac possédait un collimateur multi-lames et permettait de délivrer des rayons X de 6 et 25 MV (mégavolts) ainsi que des électrons. Le dernier traitement sur le Clinac 2100 a été effectué le 26 février 2016.

La salle de traitement et la salle d’attente ont été complètement rénovées afin d’offrir à nos patient(e)s un environnement plus agréable.

Un appareil de radiothérapie de dernière génération a remplacé l’ancien accélérateur : le TrueBeam de la marque Varian. Il est en service depuis le 24 juin 2016.

TrueBeam signifie « vrai faisceau ». Cet appareil très perfectionné permet le traitement de nombreuses tumeurs, avec une précision sub-millimétrique. Il est équipé d’un système d’imagerie embarquée qui permet de réaliser des clichés de positionnement, mais également des scanners. Il délivre des rayons X de 6, 10 et 25 MV ainsi que des électrons.

La salle, la plus spacieuse du Centre Frédéric Joliot, a été équipée d’un plafond lumineux. Les patient(e)s peuvent même écouter leur musique préférée pendant leur séance grâce à une prise jack au pupitre de traitement, qui diffuse le morceau dans la salle.

Les traitements stéréotaxiques de l’encéphale sont également réalisés dans cette salle.

Le scanner de mise en place

Désormais, la mise en place de votre traitement a lieu au scanner dédié à la radiothérapie du Centre Frédéric Joliot. Ce n’est pas un scanner diagnostique, mais un scanner de mise en place, réalisé dans la position du traitement, sur lequel votre radiothérapeute et l’équipe de dosimétrie vont travailler pour déterminer la meilleure façon de réaliser votre traitement en épargnant les tissus sains.

 

Installé depuis juin 2017 dans une salle totalement rénovée, chaque patient est accueilli au scanner (Siemens Somatom Définition AS) puisque c’est la première étape de la mise en place du traitement. Le scanner de mise en place est réalisé dans la position de traitement et ses images vont nous permettre de réaliser l’étude dosimétrique, en déterminant la dose de rayonnement que va recevoir chaque organe. C’est grâce à la dosimétrie que l’on peut irradier une tumeur et limiter la dose que vont recevoir les organes sains. Les manipulateurs qui réaliseront la mise en place vous expliqueront les différentes étapes du traitement, vous donneront les informations utiles et répondront à vos questions.

Si vous êtes traité sur la tête, le cou ou si on vous a prescrit un traitement stéréotaxique, les manipulateurs vous feront un masque thermoformé.

Ce premier rendez-vous (consultation d’annonce puis scanner) dure 45 minutes environ.

A la fin du scanner, les manipulateurs vont procéder au tatouage des points de repère ou vous feront des marques temporaires qu’il vous faudra conserver jusqu’à votre première séance. Ces marques leur permettront de vous placer chaque jour dans la même position.